07 avril 2010

Notre coeur n'était-il pas brûlant ?

« Notre coeur n'était-il pas brûlant ? »

Frères, réalisons ce qu'ont été les apparitions du Christ à ses disciples après sa résurrection. Elles ont d'autant plus d'importance qu'elles nous montrent qu'une communion de ce genre avec le Christ reste encore possible ; c'est ce genre de contact avec le Christ qui nous est donné actuellement. Dans cette période de quarante jours qui suivit la résurrection, Jésus a inauguré sa nouvelle relation avec l'Église, sa relation actuelle avec nous, le genre de présence qu'il a voulu manifester comme assurée.

Après sa résurrection, comment le Christ était-il présent à son Église ? Il allait et venait librement ; rien ne s'opposait à sa venue, pas même les portes fermées. Mais lui présent, ses disciples ne réalisaient pas d'évidence qu'il était là... Les disciples d'Emmaüs n'eurent conscience de sa présence qu'après coup, en se rappelant quelle influence il avait exercée sur eux : « Notre coeur n'était-il pas brûlant ? »...

Remarquons bien à quel moment leurs yeux s'ouvrirent...: à la fraction du pain. Telle est en effet la disposition actuelle de l'évangile. Si on reçoit la grâce de saisir la présence du Christ, on ne le reconnaît que plus tard ; ce n'est plus désormais que par la foi qu'on saisit sa présence. A la place de sa présence sensible, il laisse le mémorial de sa rédemption ; il se rend présent dans le sacrement. Quand s'est-il manifesté ? Lorsque, pour ainsi dire, il fait passer les siens d'une vision sans vraie connaissance à une authentique connaissance dans l'invisible de la foi.

Cardinal John Henry Newman (1801-1890)

Transmis par l'Évangile au quotidien.

07:16 Écrit par Ben dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

" Si on reçoit la grâce de saisir la présence du Christ, on ne le reconnaît que plus tard ; ce n'est plus désormais que par la foi qu'on saisit sa présence."

Exactement ce que j'ai vécu...

Écrit par : Seb | 09 avril 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.