10 août 2010

Retour de vacances (2)

J. et moi sommes de fervents amateurs de la formule "chambre d'hôtes".
Nous n'avons jamais douté que la rencontre des personnes des coins que nous visitons est un élément important de nos vacances.
C'est donc forts de trois réservations de chambre que nous avons pris la route.

Première étape : en Normandie, dans le pays d'Auge.
La route se passe sans encombre et nous arrivons au Pressoir pas pressé.

Olivier et Grégory ont fait de leur pressoir un lieu rare et authentique où se marient, avec élégance, tradition et modernité. Le bâtiment du XVIIIe s. est magnifique et a conservé ses structures anciennes. Les chambres offrent, elles, un aménagement contemporain des plus agréables.
Nos hôtes ont le sens de l'accueil et nous nous sentons tout de suite bien. Comme la route était longue, nous avions décidé de partager leur table d'hôtes. Ce fut un délice. Nous n'avons pas eu à chercher ailleurs la gastronomie normande puisque Grégory y excelle.

Le lendemain, noSainte-Therese.jpgus avons prévu de nous rendre à Lisieux. J. veut en effet revivre un pélerinage qu'il a fa it plusieurs fois avec ses parents. Notre arrivée se fait au son des cloches qui invitent à la célébra tion. Nous nous joignons aux autres pèlerins pour une messe très soignée, avec orgue et chants. L'homélie du prêtre est brève, intelligente et spirituelle.
Après quelques dévotions près des reliques de saint Thérèse, nous preons la route du carmel pour nous reccueillir sur les lieux qui ont vu se dérouler sa vie dans l'ombre, ombre de la routine de carmélites, ombre et nuit de la foi.
C'est que sainte Thérèse n'a rien vécu d'extraordinnaire, mais elle a vécu l'ordinnaire de manière extraordinnaire.


Après un moment de repos et de repas, nous visitons encore la cathédrale Saint-Pierre, magnifique et lumineuse.

Nous prenons la route vers Honfleur et son vieux port au charme exquis. Flâner autour des bassins sous un soleil généreux a de quoi emporter, même les plus sept iques.

L'étape suivante, c'est Cabourg. Pèlerinage littéraire qui nous fait mettre nos pamarcelproust.jpgs dans ceux de Marcel Proust. Si je ne suis jamais parvenu à lire plus de cent pages de son oeuvre, J. lui a tout lu, relu et relu encore...
C'est dire l'importance de cette étape !
Le soir, un dîner dont nous ne préférons pas garder le souvenir, tant la table de ce restaurant ne vaut pas tripette.

Après une nuit, encore bien reposante, nous quittons le Pressoir vers Bayeux.
Nous visitons la ville et nous arrêtons au musée qui présente la célèbre tapisserie.
Cette oeuvre unique raconte en 70 m les exploits de Guillaume le Conquérant.
Nous sommes conquis par ce trésor et l'intelligente disposition muséographique.

Après cela, nous reprennons la route vers Bay Ouest, à Québriac, deuxième chambre de nos vacances...

12:35 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Je suis tout à fait d'accord avec toi pour la muséographie de la tapisserie de Bayeux! J'avais noté la même chose il y a deux ou trois ans lorsque j'y étais.

Quant à la cathédrale elle est superbe!

Content pour vous que vous ayez passé d'aussi bonnes vacances!

Écrit par : Eusèbe | 26 août 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.