31 décembre 2011

Bonne année !

Au seuil de l'an neuf, il est de tradition de tirer un bilan de l'année écoulée et de formuler quelques 
vœux...

L'année 2011 est une année étrange dans ma vie : tout d'abord, la fin des mois de chômage et l'engagement dans un travail passionnant. Beaucoup d'énergie à donner pour assumer, mais combien de joie à récolter. J'en rends grâce chaque jour. Et puis, la mort de papa qui vient remuer toute mon histoire... Le deuil doit se faire encore. C'est une maturation lente, mais je sens que j'avance sur ce chemin-là.
Et heureusement, je n'y marche pas seul sur ce chemin de vie.

Mon cœur est dans la gratitude pour celles et ceux qui m'ont soutenu et me soutiennent de leur affection, de leur amitié, de leur sympathie.

A la première place, il y a J. qui, avec une patience délicate et un amour grandissant chaque jour, est le radieux compagnon de mes jours. Il n'y a pas assez de mots pour dire ce que je lui dois d'être aujourd'hui.
Il y a, ensuite, ma famille, mes amies et mes amis. Je réalise chaque jour que c'est un bonheur de les avoir autour de moi.
Et il y a encore les connaissances, plus ou moins proches, qui font le rythme de la vie.
C'est une joie de vivre et de vivre en relation ! 

Pour l'année nouvelle, je souhaite à chacun un pétillement de douceur, de sérénité, de folie peut-être, de sagesse sûrement !
Que cette année vous soit douce comme son millésime y invite de manière très proche !

Seigneur, merci pour les jours écoulés et pour ce que nous vivrons au cours de l'an qui vient.
Sois présent à chacune de nos vies.
Renforce nos liens et notre espérance.
Sois notre capacité d'aimer.


bonne-annee-2012.jpg

19:08 Écrit par Ben dans Actualité, Ma vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01 novembre 2011

Le temps passe vite...

Depuis la mort de papa, le temps passe très vite...
En effet, outre une activité professionnelle débordante et la vie quotidienne à la maison, il faut avec mes frère et soeur vider la maison familiale pour lui donner une destination.
C'est toute notre vie qui se trouve remuée avec les livres et les objets que nous nous partageons.
Nous n'avons pas fini - loin de là ! - notre travail.
Il faut parler des meubles, de leur contenu, des tableaux et autres objets de décoration.
Plus de 50 ans à se répartir et à voir quitter notre horizon !
Heureusement, nous sommes très unis dans toutes ces démarches et c'est une très bonne chose.
Au moment de la mort de ma grand-mère, maman avait connu une situation nettement plus tendue.
Et elle ne cessait de nous répéter : "Cela ne sert à rien de se disputer pour un objet, quelle qu'en soit la valeur !" 

Tout cela, grâce à Dieu, n'a pas arrêté le temps.
Je n'ai pas voulu que ce temps de deuil le soit pour celles et ceux qui me sont chers.
Malgré la peine qui m'habite, j'ai voulu honorer mes amis en répondant présent à leurs invitations.
Il y a eu les 40 ans de mariage de M. et G., joyeusement célébrés dans la simplicité et la profondeur des coeurs affectueux. M. et G., éprouvés eux aussi par plusieurs décès cette année...
Avec eux, j'associe leurs enfants dont je me sens aussi tellement proche. 

Il y a aussi D. et P., ces amis si proches comme des frères, avec qui nous avons été au cinéma voir le film étonnant et si juste de Nanni Moretti, Habemus papam
Ce soir, nous irons aussi avec eux voir The artist
Il est agréable d'avoir de tels amis et ce m'est encore pus en ces jours un réconfort.

Il y a encore F., A. et H., avec qui nous passons joyeusement et régulièrement une soirée "carte". 
Nous nous recevons les uns les autres tous les mois pour une moment de détente et d'amitié partagée revigorantes.

Et je devrais citer également toutes les autres amitiés qui enrichissent ma vie; elles se manifestent et se sont particulièrement signalées depuis la mort de papa. 

De toutes ces amitiés, j'en rends grâce !
C'est un trésor précieux, qu'il faut nourrir, sinon, ces amitiés risquent de ternir comme des perles jamais portées et enfouies dans un coffre. Elles perdent alors tout leur éclat...

Je me rends compte que je n'ai pas encore dit à quel point J. est un merveilleux compagnon.
Il supporte tout et me nourrit de son amour intense.
C'est d'abord grâce à lui que je vis paisiblement ces semaines qui passent et sont tellement pleines.

Aujourd'hui, c'est la Toussaint, le fête de tous les saints.
Ils sont nos protecteurs et nos guides.
Leurs vies, si variées et différentes les unes des autres, nous disent que nos chemins de vie peuvent rejoindre le coeur de l'Évangile.
Il y a les saints du ciel, connus et célébrés, il y a également les saints de nos vies.
Et mes amis en font partie...

Merci, Seigneur, pour ces saints du ciel et de la terre.
Merci pour leurs exemples, la force qu'ils transmettent.
Merci pour le réconfort qu'ils me donnent en ces moments plus douloureux.
Je sais que c'est de toi qu'ils me parlent et que c'est vers toi qu'ils me conduisent.
Car, tu es l'unique, celui que je crois mon libérateur.
Sois loué pour la vie et le temps qui passe, parfois si vite... 

 

08:12 Écrit par Ben dans Amitié, Ma vie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07 septembre 2011

Papa

Samedi dernier, papa est mort.
Nous célébrerons ses funérailles demain.
Son départ me bouleverse, tant il vient remuer ma vie.
Je n'ai pas de mot pour exprimer ce que je ressens.
Mais dans la foi, je le confie au Seigneur.

Un ami qui m'est cher m'a envoyé ce texte.
Il résonne juste à mon coeur.

 

Notre Dieu, nous te rendons grâce pour cette vie qui a cessé d'être vivante à nos côtés 
et que nous accompagnons maintenant 
là où le corps revient à la poussière, 
au bord de notre mémoire, 
où se maintient la saveur unique de ceux qui ont été, 
au bord de notre foi, 
qui résonne de promesses et d'achèvements 
qui dépassent notre cœur et notre intelligence.

 

Nous sommes venus 
pour accompagner cette existence humaine, 
qui ne nous tient pas désormais compagnie, 
mais qui nous réunit maintenant dans la gratitude, 
dans le deuil et dans l'écoute.
C'est en gratitude d'abord que nos cœurs te parlent; 
nous te remercions pour ce qui s'est passé, 
pour nous et pour le monde, 
dans cette existence achevée et inachevée.
Elle est achevée, et nous tenons à exprimer, 
dans le silence où chacun se parle et te parle, 
combien nous avons reçu 
et peut-être aussi insuffisamment exprimé 
le prix qu'avait cette vie pour chacun d'entre nous.
Elle est inachevée, 
non seulement parce que la mort coupe toujours à l'inattendu, 
mais aussi parce que cette vie, 
comme chacune de nos vies, 
a été insuffisante, loyale et pardonnée.

 

C'est en deuil que nous te parlons maintenant. 
Nous sommes dans le manque radical qu'est pour nous la mort. 
Nous ne pouvons ni ne voulons en diminuer l'étreinte. 
Comme les disciples de ton Fils, 
au soir où Jésus est mort, 
nous n'avons rien d'autre à faire qu'à nous taire et à pleurer. 
Nous sommes, quel que soit notre âge, 
notre habitude ou notre premier désarroi, 
des amputés, qui ont perdu un membre 
et en ressentent la longue plaie.

 

C'est aussi, encore, toujours, dans l'écoute 
que nous voulons maintenant nous remettre. 
Nous ne savons pas bien quel est le sens de l'au-delà 
et ta Bible ne nous renseigne guère sur la destinée des morts. 
Mais tu l'as dit, avec une inlassable répétition: 
" Un jour, vous verrez celui en qui vous avez cru. 
Un jour, le dernier jour, mon Royaume viendra 
pour le relèvement de tous les morts."

 

Que ton Fils Jésus-Christ soit notre accompagnement 
dans les trois dimensions de nos vies: 
la reconnaissance de la mémoire, 
la brisure du deuil 
et l'attente de la promesse.

 

Amen.


16:34 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17 juillet 2011

Des nouvelles...

Vous avez peut-être l'impression que je n'écris plus.
Et c'est en partie vrai. Car ailleurs qu'ici, je passe du temps à rédiger notes et autres rapports...
Non que l'envie me manque, mais c'est le temps qui court et me fait réaliser que depuis plus d'un mois je n'ai rien partagé.
Il faut dire que mon nouveau boulot (de moins en moins "nouveau") m'accapare énormément.
Les dernières semaines ont été tellement chargées que J. et moi avons eu très peu de soirées ensemble.
Les réunions se suivent, parfois inutiles, souvent passionnantes. 
Depuis, vendredi, je suis en vacances jusqu'à la fin du mois.

J. et moi partirons vendredi prochain pour quelques jours de farniente sur la Côte d'Opale.
Pas de projet bien précis, sinon de passer ces moments à deux et de nourrir notre amour de simplicité.
Mon nouveau rythme est pour lui, à certains moments, difficile à vivre.
Les premiers temps, il me disait apprécier les soirées seul au cours desquelles il peut écouter la musique qu'il veut et lire tout son saoul.
Mais aujourd'hui, parce qu'il y en a trop, il trouve le temps long les soirs où je rentre tard...

Dans ces semaine chargées, nous avons profité des weekends, notamment pour aller au cinéma nous délecter du film de Wim Wenders sur la chorégraphe Pina Bausch.
Pina est un film qu'il est difficile de raconter.
Extraits de ses chorégraphies emblématiques, images d'archives et interviews des danseurs de sa troupe constituent le matériel que Wenders sublime devant nos yeux.
Des danseurs qui vivent leur art dans le métro aérien de Wuppertal, dans la rue, dans des parcs...
La vie se fait mouvement intérieur et grâce.
De plus, cette soirée était vécue en amitié avec D. et P.
Ils nous sont de plus en plus chers et nous avons avec eux des moments de partage privilégiés. 
Nous avons aussi eu la joie d'une soirée cartes avec nos amies et d'une soirée dias enchanteresse. 

Seigneur, merci pour J. et son patient amour.
Merci pour le travail passionnant qui est mien.
Merci pour les amis, en particulier D. et P., Fr., A. et H.
 

11:32 Écrit par Ben dans Amitié, Loisirs, Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12 juin 2011

Bienvenue à Baptiste !

Baptiste est né hier.
Il est le premier petit-enfant de nos amis M. et G.
Longue vie à lui et bonheur pour lui et ses chers parents !
Avec toute sa famille, je me réjouis de son heureuse naissance.

Magnificat !


 

 

17:47 Écrit par Ben dans Amitié, Ma vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10 mai 2011

Des nouvelles...

Plus vraiment le temps ces dernières semaines de nourrir ce blog.
Mon nouveau boulot m'accapere beaucoup. Presque plus une soirée de libre...
Mais je suis très heureux.

Hier, J. et moi fêtions nos deux ans de bénédiction de notre union.
Anniversaire anticipé samedi à deux et célébré hier soir chez notre chère amie Fr.
Joie de eencontrer aussi d'autres qui étaient là. 

Ce samedi 14 mai, c'est la Gay Pride à Bruxelles.
A 11h00, en l'église Notre-Dame du Bon Secours (rue Marché au Charbon), célébration oecuménique.
Love goes beyond...
L'amour va toujours au-delà, au delà des préjugés, des maladies, des apprences, des qu'en-dira-t-on...
Toutes et tous, soyez y les bienvenus.

Cliquez sur le lien pour plus d'info.

Pour le défilé, il y aura un groupe de chrétiennes et chrétiens LGBT qui défilera en témoignant de l'amour de Dieu...

 Affiche célébration pride.pdf

 

19:10 Écrit par Ben dans Amitié, Amour, CCL, LGBT, Ma vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22 avril 2011

Jours saints

Hier, la journée ne s'est pas passée comme je l'attendais...
C'est que, dès la veille, j'ai été plongé par des circonstances familiales dans l'angoisse et l'inquiétude.
Rentré d'un magnifique concert où fut interprétée par le Ricercar Consort la Passion selon saint Jean de Bach, j'étais averti que mon papa venait de faire une thrombose...

Aujourd'hui, vendredi saint.
La mort de Jésus qui fait taire... 
Méditation sur la vie et sur la mort.
Sur l'espérance aussi ! 

En attendant une aube pascale qui viendra.

 

crucifixion Chagall.jpg

09:00 Écrit par Ben dans Ma vie, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14 avril 2011

Des nouvelles en vrac

- Depuis que j'ai commencé mon nouveau boulot, je ne vois pas le temps passer.
Je suis en effet pris en journée et très souvent en soirée. Le rythme actuel change donc beaucoup des mois qui ont précédé cet engagement. Toutefois, cela ne me pèse en rien. Et J. est plutôt content aussi de ce nouveau rythme : je suis heureux et cela rejaillit sur notre couple... Et, de plus, il a du temps pour lui à la maison. Aujourd'hui, jour off. Alors j'en profite pour donner ces quelques nouvelles.

- Avec ce rythme effréné, nous avons moins de temps pour sortir. Dernièrement nous avons été au cinéma voir le dernier film de Ferzan Özpetek, Mine vaganti. Si nious avons passé un bon moment, il faut dire que ce n'est pas son meilleur film. Nous avions été frappé par l'intensité de Hammam et par Le fate ignoranti. Après ce moment divertissant, nous sommes allés manger dans un restaurant asiatique. La soirée était douce et la terrasse agréable. Devant notre hésitation, nous avons mangé comme repas six entrées que nous nous sommes partagées... Encore meilleures, puisque partagées ! La soirée s'est achevée par un pot pris dans un bar que nous aimons. Pas dedans, mais devant, tant le milieu de la nuit permettait de goûter au plaisir d'un soir, presque d'été.

- J'ai été interrogé par D., qui tient un blog que je lis depuis longtemps. Il est toujours agréable d'aller un peu plus loin dans les échanges que la toile offre. Mais ce que j'apprécie par dessus-tout, c'est de pouvoir mettre de la 3D dans ma vie. Aujourd'hui, plusieurs amies et amis très chers sont entrés dans ma vie par le biais des blogs et autres réseaux sociaux. J'en suis reconnaisant tant leur présence dans ma vie est importante et tant je me suis senti soutenu dans les mois d'épreuve par leur présence discrète et effective.

- J'ai été réélu au service de la CCL. La Communauté poursuit sa route et j'espère pouvoir la servir au mieux, cherchant à ce que chacun trouve ce qu'il cherche et avance dans sa vie dans la sérénité. Être gay ou lesbienne et chrétien(ne), ce n'est pas toujours aisé. En effet, de même qu'il n'est pas facile d'être gay ou lebienne dans le monde chrétien, il ne est pas facile non plus d'être chrétien dans le monde gay et lesbien.

- Par E., ami parisien vieux-catholique, j'ai découvert cette Passion, composée en 2006, qui me touche beaucoup. En ce temps de carême, cela vient bien à propos. Envie de la partager. 

 

09:28 Écrit par Ben dans CCL, LGBT, Loisirs, Ma vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30 mars 2011

Travailler avec des politiques...

Comme je n'ai pas beaucoup de temps pour revenir ici sur ce qui fait mon boulot, je voudrais partager ce sketch qui me fait pleurer de rire.
Il se fait que dans mes occupations professionnelles, j'ai la chance (?) de croiser en réunion des femmes et des hommes politiques...  

Ce qui suit peut vous faire comprendre ce que je ressens parfois à les entendre.
Bon amusement !




 

07:28 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27 février 2011

Une semaine...

Voilà une semaine de passée et je suis déjà heureux de mon nouveau boulot.
J'ai reçu un accueil magnifique de la part de tous les collègues et déjà se dessinent de fructueuses collaborations.
La confiance me semble déjà installée et la cordialité des relations humaines est déjà là.
Je commence à percevoir comment fonctionne tout ce monde et quels sont les aspects du travail que je vais devoir renforcer, corriger, modifier...

Heureux et fatigué.
Le changement de rythme par rapport aux derniers mois se fait sentir et bien avant mon heure habituelle de coucher, le lit m'appelle et les paupières se ferment.
Il faut dire que j'ai fait une semaine de plus de 46 heures, alors que la durée du travail est fixée à 38.
Peu m'importe, je pourrai les récupérer à un moment ou l'autre et cela viendra alors sans doute bien à point. 

Ce changement de rythme modifie également notre vie à deux.
J. se retrouve à devoir gérer mes horaires incertains et partage ce rythme avec moi.
Mais il me signifie sa joie de me voir déjà épanoui dans ce nouvel emploi et cela ajoute à mon bonheur, à notre bonheur.

Mes nouvelles responsabilités m'empêchent d'être présent sur la toile comme je l'ai été ces derniers mois.
Je n'ai plus beaucoup de temps pour cela.
Cependant, ça ne m'empêche pas de penser à mes amis, à ma famille et à vous...
Et comme le transport jusqu'au bureau me prend plus de temps, cela en donne davantage  pour penser, pour prier...

Seigneur, merci de me donner tout cela à vivre.
Merci pour la joie déjà vécue.
Bénis chacun de mes collègues et donne-nous de construire notre travail avec toi. 
Bénis aussi J. et notre couple.
Donne à tous la joie de travailler dans un climat serein et fraternel.
 

10:55 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08 février 2011

Au boulot !

Voilà que 10 mois, et un peu plus, de désoeuvrement vont s'achever.
Depuis ce matin, je sais qu'un nouveau boulot m'attend.
J'en suis tout heureux !
Et je voulais partager ma joie...

Durant cette période, j'ai beaucoup appris :
sur les administrations publiques, sur les employeurs potentiels, sur les offres d'emploi presque bidon, sur les gens qui ne se donnent même pas la peine d'accuser réception de votre cv et de votre lettre de motivation (pas toujours enthousiaste, je dois le reconnaître... Mais quand il faut faire la preuve de 2 à 3 candidatures par semaine...)

J'ai aussi beaucoup appris sur moi, mon caractère, mes impatiences...

Et j'ai, une nouvelle fois, expériementé la force de l'affection et de l'amitié.
J. a été le plus patient des compagnons et son amour un baume dans l'épreuve.
Et les nombreux signes d'amitié et marques de soutien m'ont été droit au coeur.

Pour cela, je n'ai qu'un mot : MERCI !

Merci à toi, J., d'être ce merveilleux compagnon de ma vie.
Merci à vous, les amies et les amis.

Merci aussi, à toi Seigneur, de m'avoir éclairé aux jours plus sombres, soutenu aux jours défaillants et d'avoir avivé en moi la force de l'espérance.

14:45 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04 février 2011

Non, je ne suis pas mort

Non, je ne suis pas mort.
Plus d'un mois que je n'ai rien écrit ici.
Pourquoi ?
Manque de temps ? Non.
Du temps, j'en ai trop... Pour le moment.
En effet, j'espère décrocher très vite un nouveau poste et sortir de cette période de chômage qui me fatigue bien davantage que si j'avais un boulot.
Le temps n'est pas le meilleur allié du chômeur.
Et je comprends mieux aujourd'hui comment il est possible de passer des heures à ne rien faire...

Manque d'évènements dans ma vie ? Non. 
Même si je suis chômeur, il y a beaucoup de choses que je pourrais partager ici.
comme cette soirée au cinéma au cours de laquelle nous nous sommes régalés du film "The kids are all right"; ou encore, ce que j'ai fait pour mon anniversaire le 28 janvier dernier...
Mais je n'en ai pas le goût.

Alors, pourquoi n'ai-je pas envie d'écrire ?
Je pense que pour écrire, il faut avoir un horizon dégagé.
L'espace est nécessaire à la vie; et écrire, pour moi, s'inscrit dans cette dynamique de la vie...

Non, je ne suis pas mort.
Mais un nouveau boulot me serait une bonne bouffée d'oxygène.

Seigneur, tu sais que je me confie à toi.
Donne-moi la patience.
Je veux te remercier pour tous les signes et gestes d'amitiés reçus et qui m'encourage à aller de l'avant.

 

10:59 Écrit par Ben dans Amitié, Ma vie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

31 décembre 2010

Nouvel an...

2010 se ferme et voici que 2011 s'ouvre à nous.

Au cours de l'année qui s'achève, beaucoup de choses vécues, les unes difficiles, les autres plus légères.
Je ne conserverai pas le meilleur des souvenirs de cette année révolue. 
J'espère que l'an neuf sera plus réjouissant.

À chacune et à chacun, mes voeux d'une très belle année 2011 !
Que vous soyez comblés dans vos désirs profonds !
Que vous puissiez vivre le meilleur pour vous !
Que les amitiés et les affections vous soutiennent au jour plus sombres et qu'aux jours de joie la fête soit partagée !

Seigneur, bénis-nous et garde-nous !
Fais rayonner pour nous son visage !
Accorde-nous la grâce et la paix ! 

colombe paix.gif

23:51 Écrit par Ben dans Actualité, Amitié, Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13 décembre 2010

Présence

Aujourd'hui, six ans que tu es partie et es entrée dans l'éternité de Dieu.
Six ans que je vis ton absence et découvre, petit à petit, ta présence.
Transformée, transfigurée en celui en qui je crois...

Ta mort est toujours douloureuse à mon coeur, mais la tristesse est plus paisible.
Tu es là, mystérieusement, et je sais que tu me protèges.

Maman, comme j'aimerais sentir ta main caressant mon visage.
Je dois apprendre à vivre autrement ta tendresse.

Seigneur, merci pour la vie qui va de l'avant.
Merci pour la paix du coeur.
Merci de me faire découvrir d'autres modes de présence... 

bougies rouges.jpg

10:06 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

19 novembre 2010

19 novembre...

Le temps passe.

Aujourd'hui, j'aurais aimé lui apporter quelques fleurs qu'elle aimait tant.
J'aurais aimé lui dire tout l'amour que je porte pour elle.
Rien n'efface les pleurs.
Pas même le temps qui passe...
Mais je la sais présente à ma vie.
Et je crois qu'elle vit dans l'éternité de Dieu. 

Bon anniversaire, Maman. 

17:30 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07 octobre 2010

En vrac...

- Plusieurs semaines sans rien écrire ici. C'est que ma vie de chercheur d'emploi n'est pas vraiment passionnante et que je suis un peu incapable de trouver des choses intéressantes à dire...
Cela reviendra sans doute avec mon emploi futur.
Et, une fois encore, je commencerai une procédure d'entretien mercredi prochain.
A suivre, donc. 

- Aujourd'hui, j'ai une pensée particulière pour G. et N. qui fêtent leurs noces de coton.
Longue vie à leur bonheur, longue vie à leur amour !
Et que le Seigneur continue à bénir leur foyer !

- Et ce même 7 octobre, comme chaque année, nous faisons mémoire des saints Serge et Bacchus.
Nos saints patrons en somme...

Baco_y_Segio.jpg

Seigneur, bénis tous ceux qui s'aiment.
Sois le réconfort de ceux qui souffrent.
Sois la patience de ceux qui cherchent.
Sois l'espérance de ceux qui sont dans la nuit. 

 

17:47 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13 septembre 2010

Tout à fait futile...

Dans mes lectures de blogs, j'ai trouvé un lien qui m'a emmené là : http://www.asiaflash.com/astro-sexe/affinites_homosexuelles.php

C'est tout à fait futile, je le sais, mais cela m'a fait rire...

"L'union entre B. et J. figure parmi celles que les spécialistes ont l'habitude de recommander sans réserve. Le principal facteur qui unit les partenaires est leur commun amour de la justice. Ils combattront ensemble, seuls ou au sein des syndicats et associations. Leur amour puisera sa vigueur dans leurs combats.

B. et J. seront primordialement de bons compagnons de lutte. Ils s'entendront bien, très bien même, ayant tous deux le même idéal et les mêmes idées. Tout ira bien tant qu'ils sauront encore faire preuve de modération.
Mais la faille susceptible de menacer l'édifice apparaîtra lorsque leur enthousiasme dépassera certaines limites. Ils oublieront alors de s'aimer, de s'intéresser l'un à l'autre, et de se livrer à des frivolités qui ont la propriété d'entretenir l'amour."

10:07 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22 août 2010

Free

Ce matin, je ne sais pourquoi, résonne en moi cette chanson de Stevie Wonder...
Envie de la partager.


Libre comme la rivière
Coulant librement vers l'éternité
Libre pour être sûr
De qui je suis et de qui je n'ai pas besoin d'être
Libre de tous problèmes
Problèmes en proie à mon esprit inquiet
Plus libre que le tic-tac
De la montre qui fait du temps son chemin
Plus libre que le sens que les hommes donne à ce mot
La vie court en moi
Jusqu'à ce que je sente celui qu'on appelle Dieu le Père

Je n'ai rien
Mais possède des richesses qui valent plus que tout
Et je suis libre
D'être nulle part
Mais où que je sois j'ai besoin d'être
En liberté comme un rayon de soleil
Qui brille dans mon âme
Libre par la chaleur des sentiments ou de connaître une cruelle froideur
Libre de concevoir le début
De l'infinité des commencements

J'avance ? avance mais reste en vie
La vie qui continue sans un cœur battu

Libre comme une vision
Que ton esprit ne peux imaginer

Plus libre qu'une goutte de pluie
Qui tombe du ciel
Plus libre que le sourire dans les yeux d'un bébé qui s'endort

Je suis libre comme la rivière
Coulant librement vers l'éternité
Je suis libre d'être sûr
De qui je suis et de qui je ne veux pas être
Je suis encore plus libre que le sens que les inconscients donnent à ce mot
Libre ? libre comme la vision
De ce que ton esprit n'imaginera jamais
Libre comme la rivière de ma vie
Qui coule et va vers l'éternité

 

10:04 Écrit par Ben dans Loisirs, Ma vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10 août 2010

Retour de vacances (2)

J. et moi sommes de fervents amateurs de la formule "chambre d'hôtes".
Nous n'avons jamais douté que la rencontre des personnes des coins que nous visitons est un élément important de nos vacances.
C'est donc forts de trois réservations de chambre que nous avons pris la route.

Première étape : en Normandie, dans le pays d'Auge.
La route se passe sans encombre et nous arrivons au Pressoir pas pressé.

Olivier et Grégory ont fait de leur pressoir un lieu rare et authentique où se marient, avec élégance, tradition et modernité. Le bâtiment du XVIIIe s. est magnifique et a conservé ses structures anciennes. Les chambres offrent, elles, un aménagement contemporain des plus agréables.
Nos hôtes ont le sens de l'accueil et nous nous sentons tout de suite bien. Comme la route était longue, nous avions décidé de partager leur table d'hôtes. Ce fut un délice. Nous n'avons pas eu à chercher ailleurs la gastronomie normande puisque Grégory y excelle.

Le lendemain, noSainte-Therese.jpgus avons prévu de nous rendre à Lisieux. J. veut en effet revivre un pélerinage qu'il a fa it plusieurs fois avec ses parents. Notre arrivée se fait au son des cloches qui invitent à la célébra tion. Nous nous joignons aux autres pèlerins pour une messe très soignée, avec orgue et chants. L'homélie du prêtre est brève, intelligente et spirituelle.
Après quelques dévotions près des reliques de saint Thérèse, nous preons la route du carmel pour nous reccueillir sur les lieux qui ont vu se dérouler sa vie dans l'ombre, ombre de la routine de carmélites, ombre et nuit de la foi.
C'est que sainte Thérèse n'a rien vécu d'extraordinnaire, mais elle a vécu l'ordinnaire de manière extraordinnaire.


Après un moment de repos et de repas, nous visitons encore la cathédrale Saint-Pierre, magnifique et lumineuse.

Nous prenons la route vers Honfleur et son vieux port au charme exquis. Flâner autour des bassins sous un soleil généreux a de quoi emporter, même les plus sept iques.

L'étape suivante, c'est Cabourg. Pèlerinage littéraire qui nous fait mettre nos pamarcelproust.jpgs dans ceux de Marcel Proust. Si je ne suis jamais parvenu à lire plus de cent pages de son oeuvre, J. lui a tout lu, relu et relu encore...
C'est dire l'importance de cette étape !
Le soir, un dîner dont nous ne préférons pas garder le souvenir, tant la table de ce restaurant ne vaut pas tripette.

Après une nuit, encore bien reposante, nous quittons le Pressoir vers Bayeux.
Nous visitons la ville et nous arrêtons au musée qui présente la célèbre tapisserie.
Cette oeuvre unique raconte en 70 m les exploits de Guillaume le Conquérant.
Nous sommes conquis par ce trésor et l'intelligente disposition muséographique.

Après cela, nous reprennons la route vers Bay Ouest, à Québriac, deuxième chambre de nos vacances...

12:35 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04 août 2010

Retour de vacances

Pour parler de ces vacances formidables, il me faut encore un peu de temps...
Mais je n'attends pas pour partager la grande joie que j'ai vécue dans la rencontre de H. avec qui je suis en lien depuis plus de trois ans. Enfin, nous nous sommes rencontrés.
Et j'ai déjà hâte de le revoir ainsi que V. qui partage tendrement sa vie.
Plus de détails dans un prochain billet.

10:43 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22 juillet 2010

Vacances

Parti pour dix jours vers cette Bretagne que J. et moi affectionnons tant.
Dix jours de détente et de découverte pour se rincer le tête et ne plus trop penser à ce que je vis.
Dix jours au cours desquels je ferai la connaissance en 3D de la Crépidule...

 

la rogerais.jpg
ploubalay.jpg

 

07:30 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05 juillet 2010

Reprise en vrac

Plusieurs m'ont demandé si je bloguais encore.
Il n'est pas difficile de remarquer que cela fait plus d'un mois que je n'ai rien écrit ici.
Non pas que je n'en ai plus le désir, mais plutôt parce que ma vie ces dernières semaines a été un peu difficile. Cependant, il y a eu de très bons moments et, surtout, de nombreux signes d'amitié partagée.

Je suis toujours en recherche d'un emploi, même si cela pourrait se débloquer sous peu. L'inactivité forcée me pèse et je ne suis pas du genre a apprécier -trop longtemps- le farniente. Notre culture n'aime pas les chômeurs... Sans doute parce que le chômeur rappelle sans cesse que l'emploi aujourd'hui est fragile et que personne n'est à l'abri.

Rechercher un travail qui convient est une tâche ardue. Il n'est pas évident d'écrire chaque fois la lettre qui emportera la fixation d'un entretien au cours duquel il faut mettre chaque personne présente de son côté. On entend souvent qu'il faut se "vendre" au cours d'un entretien d'embauche. Il n'en est rien !
En effet, il convient d'abord de rassurer le futur employeur qu'il ne se trompe pas s'il se décide pour vous. C'est que l'employeur qui embauche rêve et a des inquiétudes. Le rassurer, le persuader par le naturel et la vérité des propos tenus est donc la première tâche de l'entretien... Est-ce que j'y arrive ? Je l'espère.

Dans ces dernières semaines, deux films : El secreto de sus ojos et Plein Sud. Deux films très différents qui chacun apporte des émotions fortes. Une belle réalisation et de bons acteurs. Si le premier a, selon moi, mérité l'oscar de meilleur film étranger, le second est moins abouti. Mais cela n'a pas empêché d'avoir un bon moment de cinéma.

J. a de nombreuses séances de kiné. J'espère que très vite son problème sera résolu et qu'il pourra à nouveau gambader comme il l'entend.

plein_sud

21:41 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

21 mai 2010

Soulagés

Voici que J. et moi rentrons de l'hôpital.
Et tous les deux sur nos deux pieds !
Même pas un plâtre de marche...
Même si J. est un peu inquiet tant l'examen fut bref, il est aussi soulagé de ne plus devoir ronger son frein dans la canapé.
Moi aussi, je suis soulagé... Car cela me peinait de le voir tant bloqué.

Et j'ai une pensée particulière pour M.-A. qui m'a dit attendre ce message.

Clin d'oeil

11:41 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20 mai 2010

CCI

Le week-end dernier, J. et moi sommes partis pour quatre jours intenses au sud de Paris.Nous avons fait la route avec notre amie Fr. qui était aussi de la partie.Je ne vais pas raconter les difficultés de J. dans ce voyage.
Faire la route en voiture et se retrouver dans un château qui remonte au XVIe s. avec des escaliers de bois bien cirés (http://fr.wikipedia.org/wiki/Château_de_Villebon-sur-Yvette), alors qu'on ne peut poser le pied à terre et qu'on doit se déplacer avec deux béquilles, est un effort important.

Si nous avons fait le voyage, c'est que cette 9e retraite du Carrefour de chrétiens inclusifs (CCI) nous tenait à cœur. Passer ces jours dans l'amitié, la réflexion et la prière était un moment désiré depuis longtemps.
Nous y avons revu des personnes chères à nos yeux, même si l'absence de J.-M. a un peu terni le plaisir des retrouvailles...

Le thème de la rencontre était « Homme et mêlant gays, lesbiennes, hétéros, trans...
Nous avons eu un exposé très riche sur le premier récit de la Bible. C'est que le récit de la création permet de comprendre davantage qui nous sommes. Corinne Lanoir a de plus eu l'excellente idée de nous faire travailler en petit groupe sur le texte. Découvrir que c'est le désordre dans l'ordonnancement initial qui permet la vie est une bonne chose. En effet, les partisans d'un ordre naturel, établi pour l'éternité, ne se rendent pas compte que le désordre, lui aussi, est à l'origine et permet le foisonnement de la vie.

Des exercices pratiques nous ont ensuite permis de prendre conscience des clichés qui enveloppent féminin et masculin. Un homme, c'est comme ça... Une femme, comme ça... Pas si clair que cela. Pas évident non plus.

Un jeu de rôle a mis en évidence que la femme vit souvent dans les relations aux hommes une blessure. Manque de respect, dénigrement sont souvent le lot de leur quotidien.

Un moment intense a été le témoignage en poésie et chanson de Diane. Un chemin qui devient de plus en plus paisible pour elle qui fut lui...

La place des femmes dans le Bible a permis de comprendre comment celles-ci sont représentées dans ce qui est une source de notre foi. Pas évident de faire la part des choses entre contexte culturel des récits et ce que nous nommons « Parole de Dieu ».
Des célébrations ont rythmés ces journées et, ça va sans le dire, de nombreux moments de rencontre et de détente, que ce soit autour d'une table savoureuse ou autour d'une partie de tarot entre autres.

Ma gratitude va vers celles et ceux qui ont préparé ces journées de main de maître.
L'an prochain aura lieu la 10e retraite. J'espère déjà pouvoir en être...

Seigneur, tu vois la foi de celles et ceux qui sont Carrefour de chrétiens inclusifs.
Bénis-nous, bénis nos chemins de vie.
Donne-nous la force de ne jamais désespérer de ce que nous sommes et de témoigner chaque jour de ton amour qui est inconditionnel.


 

15:22 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29 avril 2010

Jour J ou jour de J...

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de J.
C'est donc pour lui le jour J et pour moi son jour à lui, le jour de J.
Nous n'allons pas faire la java...
Tranquillement, nous allons fêter cela dans la douceur et la patience.
Comme premier cadeau d'anniversaire, il a reçu un beau plâtre tout neuf, tout beau, tout bleu.
N'est-elle pas belle la vie ?
De ce plâtre, il va pouvoir en profiter pendant trois semaines. Jusqu'au 21 mai.
Et puis, on verra...
On verra s'il doit prolonger ce temps de patience et de repos forcé.

Mais peu m'importe son état (même si j'en suis désolé pour lui et voudrais le voir autrement en forme...)
Il est chaque jour avec moi et c'est magnifique.

La seule chose qui me chagrine : sa douleur à certains moments et son immobilité.
C'est un actif dans la vie et je sais toute la patience qu'il doit vivre.
Mais il la vit et avec de beaux sourires qu'il m'offre en silence.

De toute façon, très heureux anniversaire à toi, mon J. !!!

10:50 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22 avril 2010

L'astragale

Non, je ne vais pas vous parler d'Albertine Sarrazin et de son roman autobiographique si célèbre.
Bien qu'il faudrait peut-être qu'un jour je vous dise ce qui fait la force de cet ouvrage qui a donné un bon film avec Marlène Jobert.

Non, aujourd'hui, je parle de l'astragale gauche de J. qui s'est fracturée il y a deux jours. Une bête chute sur le chemin du travail. La marche d'un escalier à l'entrée de la station de métro qui a refusé de le porter. Et -patatras !- il s'est retrouvé six marches plus bas.
Le voilà immobilisé pour quelques semaines et devant supporter les heures lentes du jour qui passe.
Lecture et lecture, et encore lecture : voilà le programme qu'il peut suivre. Un peu de télé aussi...

Et je me dis que ce n'est pas plus mal que je sois pour le moment en congé forcé, puisque je suis à nouveau chercheur d'emploi...

10:16 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15 mars 2010

Des nouvelles

Pas assez de temps ni d'énergie, pour le moment, pour alimenter ce blogue. Mais comme j'avais au commencement annoncer cette irrégularité, je ne m'en fais pas.
La vie passe et les tempêtes aussi...
Cela n'empêche pas de vivre d'heureux moments avec J. et de partager des amitiés importantes.
Samedi soir, chez D. et P. soirée des plus agréables.
Trop courte à mon goût...
Retardée d'une heure par une crevaison.
Et comme les boulons sont vissés à l'électrique, il est devenu imposible pour moi de changer seul une roue.
Et ce dimanche matin, c'était l'ordination diaconale de G.
Heureux de partager ce moment avec lui.

Voici un extrait du commentaire introductif à la première semaine de carême de Notre-Dame du Web.
Il me parle aujourd'hui en ce temps qui nous condut vers la célébration de la Pâque de Jésus.

« Dans ma détresse, j'ai crié vers le Seigneur, et lui m'a répondu. »
Ce constat fait venir la louange sur les lèvres du croyant : « Je chanterai le Seigneur pour le bien qu'il m'a fait. »
Cette louange est le signe de l'accueil de l'événement libérateur comme venant de Dieu. Là aussi la joie ou la paix revenues dans le cœur demandent à s'exprimer avec des mots. Là aussi le Seigneur entend.
(http://www.ndweb.org)

09:35 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03 mars 2010

Amitié partagée

Ces derniers temps, ma vie est balisée de plusieurs rencontres d'amitié.
Parmi mes amis, certains ont à passer des caps difficiles et je veux les porter dans ces moments de rudesse ou d'épreuve.
D'autres sont en quête d'emploi et leur recherche semble inexorablement infructueuse. Pourtant je veux, avec eux, espérer le job qui unira l'utile de la rémunération et l'agréable du travail intéressant.
D'autres traversent des moments de remise en question fondamentale. Le questionnement permet d'aller de l'avant. Je veux être là pour les encourager.
D'autres nous font (à J. et moi) le plaisir d'une invitation ou sont de passage chez nous.

Ce fut le cas le week-end dernier avec la venue pour trois jours de C. et J-L, rejoints par J. les vendredi et samedi soir.
Un tel week-end, ça fait du bien !
Des moments d'échanges légers et profonds ont balisé ce temps de rencontre intense.
Nous avons aussi visité ensemble la superbe exposition consacrée à El Greco au Palais des Beaux-Arts.
Malheureusement, J. était malade. Il n'a pas pu accompagner notre sortie. Heureusement, il va mieux aujourd'hui.
L'énergie transmise par nos hôtes au long du week-end rejaillit depuis sur le boulot et tout le reste.

L'amitié, c'est bon à vivre et à partager !

Seigneur, sois le réconfort des amis dans la peine.
Sois la force d'espérer de ceux qui doutent.
Bénis mes amis et protège-les.

13:40 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28 janvier 2010

Un corps pour l'éternité

Dans le dernier numéro paru de La Lettre de la CCL, on peut lire le témoignage qui suit.
Je n'ai pas l'habitude de me plaindre et ce texte permet, sans doute, de mieux comprendre qui je suis.

C'était une belle journée de mai. Le soleil avait dispersé les nuages du matin et je m'étais accordé un repos dominical au milieu des travaux de mon mémoire en communication. Il devait être déposé début juin, mais je savais que j'avais besoin de cette détente.

La journée s'est passée, douce et paisible dans la chaleur d'une amitié partagée.Je reprends vers cinq heures et demi la mobylette pour rentrer et travailler encore un peu dans la soirée.

C'est six jours plus tard que je me suis réveillé sur un lit d'hôpital, incapable de bouger... La première perception que j'ai eue est celle d'un trait lumineux vers mon visage. Je ne distinguais pas ce qui se passait et ne savais où j'étais. J'avais subi trois opérations et nul ne savait dire si je remarcherais un jour.

C'est qu'au soir de ce beau dimanche ensoleillé, j'avais eu un accident. Une voiture m'avait dépassé de trop près et m'avait projeté à 18 m du point de contact. Près de 4 litres de mon sang s'étaient répandus et le SAMU m'avait ramassé presque inconscient. Très vite, j'étais tombé dans le coma.

J'avais un corps. Et je devais venir habiter un autre.J'avais un corps capable de me porter là où je voulais des kilomètres durant. Et je devais m'habituer à rouler ce nouveau corps meurtri, capable seulement de faire bouger cette voiturette de quelques mètres.

Mon corps, au fil de la rééducation, a appris comment bouger, d'abord les mains et les doigts. Merveille que de redécouvrir le plaisir d'écrire ! Mais jamais plus mes b et mes p ne seraient comme avant...

Petit-à-petit, la faculté m'a annoncé que je recouvrerais l'usage de mes jambes, aidé de cannes et d'une prothèse extérieure. Mais, cela, je ne pouvais l'accepter. Et ce corps qui changeait, s'épaississait malgré tous mes efforts, je le trouvais laid et peu attirant. Me regarder dans une glace m'était pénible. Je ne voyais qu'un visage défiguré et la joue rafistolée par la chirurgie.

Pourtant, malgré tous mes rêves qu'il en soit autrement, ce corps devenait mon corps, était mon corps. Ce corps était mon corps et avait toujours été le mien. Simplement, je le retrouvais transformé par un hasard de la vie.

Pour retrouver un sourire et du bonheur, je devais me mettre à l'apprivoiser. Pas facile à vivre. Aidé par une kiné merveilleuse, j'ai réussi à me passer de mes cannes et de cette prothèse qui me gênait tant. Et je me suis mis à reprendre progressivement une vie ordinaire.

Au fond de moi, pourtant, toujours cette impression que jamais personne ne pourrait plus m'aimer tant ce corps me paraissait repoussant.

Jusqu'au jour où la parole inattendue, plus espérée a été prononcée. « Tu es beau et je t'aime ». Était-ce bien possible que cette parole me soit dite, à moi ? Comment accueillir cela. Il se trompe. Et pourtant la force de l'amour a ceci de merveilleux : elle permet de se regarder autrement. Je suis aimé. Je suis aimable.

Certes, ce corps toujours meurtri, et à jamais, me fait encore souffrir. Chaque matin, je ne sais si au soir je ne serai pas douleur physique.

Mais aujourd'hui, peu m'importe. J'ai apprivoisé la douleur, j'en ai fait la compagne de ma vie. Non pas comme les doloristes du XIXe siècle. Non pas comme le moyen d'une sanctification quelconque. Non. Comme un donné de ma vie actuelle que je dois intégrer à tous les aspects de mon existence.

Et je suis émerveillé. Et dans l'action de grâce.

Parce que je suis vivant.
Parce que je suis aimé.
Parce que je suis aimable, tel que je suis... Et dans mon corps.

Je sais que jusqu'au dernier jour j'aurai à remettre souvent sur le métier de ma patience ce corps douloureux.

Mais je crois aussi que c'est dans ce corps que je suis moi et que je suis appelé à la résurrection. Je crois que ce corps ressuscité sera sans douleur. Il est et sera mon corps pour l'éternité.

 

10:45 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13 décembre 2009

Gaudete !

Ce 3e dimanche de l'Avent nous invite à la joie !
"Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, tressaille d'allégresse, fille de Jérusalem ! (...) Le Seigneur ton Dieu est en toi, c'est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête."

J'aimerais pouvoir me réjouir.
Mais mon coeur est trop lourd de tristesse.
J'ai appris cette semaine la mort de Fr., une personne qui a compté à un moment de ma vie... Il a été présent, écoutant, dynamisant aussi. Il m'a donné des coups de pieds salutaires pour que je me bouge. Il m'a poussé à oser dire à J. les sentiments que j'éprouvais.
Et J. les a entendus... Et aujourd'hui, c'est aussi un peu grâce à Fr. si je suis heureux.

Et ce 13 décembre, c'est aussi l'anniversaire de la mort de Maman.
Cinq ans de manque...
Cinq ans d'apprivoisement à une nouvelle présence.
Certains me disent que dans la foi je dois me réjouir et que Maman continue à veiller sur moi.
La foi, ce n'est pas ne pas avoir mal.
La foi, ce n'est pas ne plus ressentir de tristesse.
La foi, ce n'est pas un moyen d'éviter l'expérience de la vie humaine, dont la mort de celles et ceux qui nous sont chers fait partie.

La foi, c'est le passé et le présent dessinés à l'horizon d'un avenir.
La foi, c'est croire, de toutes ses forces que, malgré les blessures et la tristesse, il y a un avenir.
La foi, c'est aussi l'accueil d'une présence, indicible le plus souvent.
La foi, c'est un acte, c'est oser, parfois malgré tout...

Alors, dans la foi, je veux essayer de me réjouir parce que : "Le Seigneur est proche."

Viens Seigneur Jésus, viens consoler nos peines et fais-nous entrer dans " la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu'on peut imaginer..."

08:00 Écrit par Ben dans Ma vie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |